Saviez-vous que le 8 décembre est la Journée mondiale du climat (ou Journée mondiale contre le changement climatique) ? Comme toutes les « journées mondiales », elle vise à sensibiliser le public aux grands enjeux de demain ; en l’occurrence l’environnement. C’est l’occasion de se pencher sur le monde de l’entreprise et les moyens d’actions activés par la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). 

Le climat, un enjeu global

Le changement climatique (terme plus juste que « réchauffement climatique ») est une réalité. La température moyenne mondiale a quasiment augmenté de 1°C depuis la fin du XIXè siècle, et le niveau des océans augmente tandis que les glaces polaires fondent. 

Il faut agir ! Et c’est pour cela que des voix s’élèvent un peu partout dans le monde. L’action internationale s’organise au fil des COP (Conférence des Parties des Nations Unies pour le climat). 

La dernière en date, la COP 26, s’est tenue à Glasgow en novembre dernier. Les 196 pays participants se sont engagés à lutter contre le changement climatique. L’Accord de Paris et son objectif de limiter le réchauffement planétaire à 2° ont ainsi été confirmés. 

Au niveau national, c’est la Convention citoyenne pour le climat qui a formulé 149 propositions pour réduire d’au moins 40% des émissions de de gaz à effet de serre. 

Les entreprises aussi s’engagent à leur niveau pour contribuer à préserver l’environnement dans le cadre de la RSE. 88% des entreprises mobilisent leurs équipes sur les sujets environnementaux

Agir à l’échelle de l’entreprise, avec la RSE

La Responsabilité sociétale des entreprises (également appelée Responsabilité sociale des entreprises) est une démarche volontaire. Elle consiste à intégrer les enjeux du développement durable dans la vision stratégique de l’entreprise. 

Il existe un cadre de référence ; la norme ISO 26 000. Celle-ci est non-contraignante et n’apporte aucune certification. Elle permet en revanche aux entreprises d’avoir des exemples d’actes concrets et de connaître les bonnes pratiques en matière de RSE. 

Selon le Baromètre open-source RSE 2021*, 47% des entreprises ont déjà calculé leur empreinte carbone, et 86% ont déjà mené des actions auprès de leurs salariés* ! Les enjeux environnementaux arrivent en tête des préoccupations sociétales des entreprises : 41% en ont même fait un axe clé de leur développement. 

La RSE, c’est aussi donner du sens à son travail

Loin d’être une tendance, la RSE incarne de nouvelles perspectives pour les entreprises. Elle a également un impact positif sur toute l’activité. 

Même si beaucoup reste à faire pour repenser totalement les chaînes de production, une étude du cabinet Forrester Research montre que la RSE est un vrai atout pour les entreprises. 69% des participants déclarent que leurs projets RSE ont entraîné une hausse de leur chiffre d’affaires

La RSE, c’est une opportunité à saisir pour innover, conquérir de nouveaux marchés, réinventer son modèle économique. En identifiant les faiblesses de l’entreprise, elle permet d’améliorer la performance globale et de réduire les coûts (consommation, réduction des déchets…) Un gain de rentabilité non négligeable

Les consommateurs, comme les salariés, attachent une importance croissante aux problématiques RSE en général, et particulièrement environnementales. Adopter une stratégie RSE, c’est donc construire une image de marque-employeur différenciante pour séduire les jeunes talents. 

Bien-être au travail, RSE et engagement écologique sont aujourd’hui des thématiques fédératrices pour les salariés. Elles sont aussi constitutives d’une image de marque qualitative. Selon une étude Yougov d’août 2021, 70% des répondants qui attribuent une bonne responsabilité sociale à une marque la recommanderaient à leur entourage, contre 34% sur l’ensemble des répondants. 

*Baromètre open-source RSE 2021